Au sol tout comme au mur, choisir les revêtements d’une salle de bains tourne souvent au casse-tête. Il n’est pas seulement une affaire de goût mais le premier rempart des cloisons contre l’humidité. Ce revêtement doit répondre aux conditions d’hygrométrie particulières qui règnent dans cette pièce et l’aspect budgétaire est aussi à prendre en compte.

Virginie décoratrice à Saint-Omer revient sur les revêtements de salle de bains et vous en dévoile quelques secrets.

  • Le carrelage et la mosaïque

Si la plupart des carrelages utilisés au sol peuvent être posés sur les murs, l’inverse n’est pas toujours vrai. Très tendance, le grès cérame est glissant sous les pieds humides contrairement à la mosaïque. Dans la salle de bains, le carrelage peut n’être utilisé que partiellement, c’est-à-dire dans les zones de projection des équipements sanitaires. Attention, il ne constitue pas une étanchéité à lui seul et doit être accompagné d’un Système de Protection à l’Eau sous Carrelage.

  • La peinture

Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire d’utiliser une peinture brillante dans la salle de bain. Si l’ancienne n’adhère plus, il peut être nécessaire de reconsolider les fonds. Quant aux gammes de peintures spécifiques « salles de bains », elles sont adaptées aux pièces humides dans certaines limites : elles ne conviennent pas pour les zones de projection ni pour un hammam.

  • Les enduits décoratifs

Il existe une multitude de peintures et d’enduits à effets : structurés, à pouvoir garnissant et opacifiant… La plupart sont formulés en phase aqueuse. Ce qui assure un séchage rapide et l’absence d’odeur. Le produit doit être adapté aux pièces humides.

  • Les lambris

Différents types de lambris sont disponibles pour les murs d’une salle de bains. Les lambris en PVC sont les plus adaptés pour la salle de bains. Les lambris MDF revêtus de papier mélaminé peuvent être posés dans une salle de bains si le support est hydrofuge et hors des zones de projection.

  • Le papier peint

Le papier peint vinyle est recouvert d’une couche de PVC, ce qui le rend très résistant et imperméable. Lavable et lessivable, il est donc adapté à la salle de bains. Il vous faudra utiliser une colle spéciale pour le papier peint vinyle, de préférence fongicide pour pièce à ambiance humide.

  • Les panneaux stratifiés

Fréquemment posés dans les salles de bains sur les murs ou pour habiller les appareils sanitaires, les panneaux stratifiés ne sont pas adaptés à cette pièce car ils sont sensibles à l’humidité. Leur point faible se situe au niveau des joints.

  • Les sols béton

Le béton teinté forme à la fois la chape et le revêtement de sol. Composé de sable, de ciment et de poudre colorée, il est coulé d’un seul tenant sur un grillage d’armature anti-fissure et permet de gagner du temps lors de la mise en œuvre. Plus le ciment est clair, plus les couleurs ressortent.

  • Les parquets en bois massif

Si vous optez pour du parquet dans la salle de bains, la technique pont de bateau st la plus adaptée : elle consiste à mettre en œuvre un joint parfaitement étanche en mastic polyuréthane entre les lames. Il existe des parquets pré-jointés ainsi que des panneaux de lames jointés. Quelque soit le choix du produit, la mise en œuvre doit être réalisée par un professionnel, la pose collée est la seule admise.

  • Le parquet stratifié

Initialement réservé aux pièces sèches, le parquet stratifié se décline aujourd’hui  en gammes destinés à la salle de bains qui en craignent pas la condensation ni les projections d’eau. La plupart des produits peuvent se poser sans colle et par emboîtement.

  • Les carreaux en terre cuit

Les procédés de fabrication actuels des carreaux de terre cuite les ont rendus plus fins et plus résistants. Il n’est plus nécessaire d’appliquer un traitement d’imprégnation après la pose.

  • Le revêtement en fibres végétales

La fibre du jonc de mer est imputrescible, lisse et glacée et peut être posée dans la salle de bains. Présenté avec une sous couche en caoutchouc, ce produit doit être collé sur un sol sec et régulier. Il est préférable d’avoir une pièce bien ventilée. La fibre de coco, le sisal et le jute ne sont pas adaptés aux pièces humides.